Au musée Picasso

20 novembre 2015

Paris 3ème

picasso1 picasso2 picasso3

 

picasso4


La femme qui pleure

27 octobre 2015

maarPuisque tout le monde parle de Picasso ces derniers jours, voici « La femme qui pleure Dora et Pablo, le roman d’une passion défunte », de Zoé Valdés, un livre sorti au mois d’août sur Dora Maar, une des compagnes de Picasso dans les années 30, celle qui a photographié la création « Guernica » :

Quelques années après sa rupture avec Picasso, Dora Maar fait un dernier voyage à Venise pour tenter d’échapper à l’emprise du peintre et de se reconstruire en tant que femme. A son retour, elle se réfugie dans son appartement parisien, vivant en recluse jusqu’à sa mort.

«Après Picasso, seulement Dieu.» Dora Maar a prononcé cette phrase définitive quelques années après sa rupture avec l’artiste et, joignant le geste à la parole, a poursuivi sa vie, recluse, ne sortant que pour aller à la messe tous les matins, avant de s’éteindre à Paris en 1997.

Une interview de Zoé Valdés peut être vue ici : https://www.youtube.com/watch?v=QZ9id5CK7vw

Aux éditions Flammarion.


Tapisserie contemporaine

20 août 2015

Jusqu’au 31 octobre, le musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine d’Angers propose une traversée de l’histoire de la tapisserie et du textile contemporains.

angersCette exposition proposera au public une trentaine d’œuvres originales issues des riches collections du Musée d’Art moderne de la ville de Paris (MaM), du Fonds national d’art contemporain (FNAC) et des musées d’Angers. Elle rassemblera des oeuvres tissées de Pablo Picasso, Georges Braque, Sonia Delaunay, Josep Grau-Garriga, Pierrette Bloch ou encore Louise Bourgeois et Annette Messager. Des expérimentations tissées des années 1930 jusqu’aux recherches les plus actuelles des années 2000, les œuvres parlent de la relation entre l’artisan-licier et le créateur mais aussi du travail du licier-créateur et enfin de l’expression du souple à travers des supports et des techniques très variés.

Le parcours de l’exposition débutera par une section consacrée aux pièces dites « historiques » de Lurçat, mais aussi de Pablo Picasso, Rouault, Georges Braque, Sonia Delaunay et Lucien Coutaud. La deuxième section, fondamentale, sera quant à elle dédiée au mouvement de la « Nouvelle tapisserie » avec des œuvres de Magdalena Abakanowicz, Jagoda Buic, Pierre Daquin ou Josep Grau-Garriga. Les fonds présentés sont révélateurs du fort impact de ce mouvement et d’une véritable « révolution » dans ce domaine artistique.

Plus d’infos, clic clic ici.


Hommage à Picasso

25 octobre 2014
Au lendemain de la réouverture du musée Picasso à Paris, Arte proposera, le dimanche 26 octobre, quatre documentaires afin d’évoquer la vie et l’oeuvre du génie.

L’hommage commence à 15h40, avec un documentaire sur Picasso et les photographes.

A 16h05, c’est un documentaire consacré au réaménagement de ce musée qui sera proposé à 16h05 dans Une collection revisitée. Ce film d’Augustin Viatte explique qu’en août 2009, l’hôtel Salé fermait ses portes afin qu’un important chantier de rénovation et d’agrandissement soit lancé. Ce sont les grandes étapes d’une véritable métamorphose qui sont racontées. A propos de cette nouvelle version du musée qui ouvrira ses portes le 25 octobre, Olivier Widmaier Picasso confie : «Le musée va réinstaller l’œuvre dans un espace agrandi, avec trente-sept salles, soit une quinzaine de plus qu’actuellement. Il prendra en compte l’évolution du regard que les spécialistes portent sur Picasso. Le musée installé en 1985 insistait sur ses débuts: les périodes bleue et rose, le cubisme. Celui qui va rouvrir accordera une plus large place aux autres périodes et établira un lien avec le XXIe siècle».

A 17h35, présentation du documentaire consacré aux convictions politiques de l’artiste, intitulé Les engagements de Picasso.

A 20h45, le film « Picasso, l’inventaire d’une vie », dont l’un des coauteurs est le petit-fils du peintre, Olivier Widmaier Picasso, qui proposera un voyage au cœur de l’œuvre de l’artiste telle que ses héritiers l’ont découverte à la mort du maître, le 8 avril 1973. Le commissaire priseur, Maurice Rheims, mettra en effet trois années à répertorier, dans les différentes demeures du peintre, une production pléthorique (cent vingt mille pièces inventoriées). Cette succession fera l’objet d’une dation exceptionnelle à l’Etat français qui sera à l’origine du musée Picasso.

lien


Picasso à Quimper

8 juillet 2014

Picasso_bandeau

Bâtie à partir des riches collections graphiques de la Fundación Picasso (musée-maison natale) de Malaga, l’exposition décline l’importance du modèle féminin dans l’œuvre de Pablo Picasso. Au travers d’une sélection de près de 70 estampes réalisées entre les années 1920 et 1970 et de plusieurs œuvres prêtées par des musées français, le public est invité à découvrir les multiples variations que l’artiste a créées autour de « l’éternel féminin ».

L’ensemble des gravures exposées, une première en France, permet de voir combien les femmes de la vie de Picasso mais aussi les femmes imaginées, rêvées et fantasmées ont compté dans sa production artistique. Fernande, Marie-Thérèse, Dora, Françoise et Jacqueline ont marqué son œuvre qui brouille les frontières entre l’art et la vie. Leurs portraits nous font entrer dans leur  intimité.

La gravure occupe une place privilégiée dans la pensée picturale de Picasso. Véritable journal intime de sa création, elle est le lieu où s’expriment tous ses thèmes de prédilection : l’éros, la famille, la référence aux grands maîtres, le peintre et son modèle dans l’atelier, l’illustration d’ouvrages poétiques…

Au musée des beaux-arts de Quimper, 40 place Saint-Corentin – 29 000 Quimper

lien


Le peintre et son modèle

5 juin 2014

Excellent documentaire hier sur Arte, « Sylvette, un modèle de Picasso ».

picasso_sylvette4 picasso_sylvette picasso_sylvette2 picasso_sylvette3

Au printemps 1954, Pablo Picasso, qui séjourne dans le village provençal de Vallauris, demande à Sylvette David, sa jeune voisine de 19 ans, de devenir son modèle. En quelques semaines, il fera plus de cinquante portraits de la jeune femme à la haute queue de cheval blonde et à la frange en désordre – dans une étonnante diversité de styles, du réalisme au cubisme. Une collaboration qui aida le peintre à surmonter sa récente rupture avec l’artiste Françoise Gilot, partie vivre à Paris avec leurs deux enfants. À l’occasion de l’exposition exceptionnelle organisée à Brême autour de cette série de portraits, ce documentaire intimiste part à la rencontre de Sylvette David, qui fut l’un des témoins privilégiés du travail de cet artiste phare du XXe siècle.

A voir ou à revoir en cliquant ici !


Matisse-Picasso, la couleur et le dessin

30 avril 2014

Demain jeudi 1er mai, outre le défilé, excellent programme sur France 5 dès 21h40. Dans la collection « Duels », le documentaire « Matisse-Picasso : la couleur et le dessin », de Jarmila Buzkova.

matisse-picasso

Pendant un demi-siècle, Henri Matisse et Pablo Picasso se sont observés, l’oeil à la fois critique et admirateur. La rivalité artistique entre ces deux créateurs de génie a ouvert des horizons inattendus à la peinture moderne. Par toiles interposées, Matisse et Picasso, mus par une ambition commune de révolutionner la peinture, ont dialogué, exprimé leurs oppositions de tempérament et de style ainsi que leurs rapprochements. Réservé et solitaire, Matisse, père de famille à l’allure bourgeoise, est un travailleur acharné qui cherche un équilibre des formes et des couleurs. Plus violent et instinctif, son charismatique concurrent Picasso, enfant prodige au français approximatif, se montre toujours subversif. Retour sur leurs deux histoires, mêlées.

lien


%d blogueurs aiment cette page :