Au musée Picasso

20 novembre 2015

Paris 3ème

picasso1 picasso2 picasso3

 

picasso4


Mode d’ici, créateurs d’ailleurs

8 avril 2015

Jusqu’au 31 mai, le musée de l’histoire de l’immigration à Paris présente « Fashion Mix », exposition en hommage aux créateurs créateurs russes, arméniens, italiens, espagnols, japonais, belges… qui font rayonner la mode française à travers le monde. De Charles Frederick Worth à Azzedine Alaïa, de Mariano Fortuny à Issey Miyake et Yohji Yamamoto, d’Elsa Schiaparelli à Martin Margiela, ou encore Cristobal Balenciaga, Robert Piguet, Paco Rabanne ou Raf Simons… autant de stylistes et directeurs artistiques étrangers qui révolutionnent la mode française, enrichissent son histoire.

fashionmix

Entre parcours personnels et histoire de la mode, Fashion Mix raconte une autre histoire de l’immigration, celles d’hommes et de femmes, artisans, créateurs, contribuant à faire la renommée de Paris, capitale internationale de la mode.

Ateliers, performances et autres événements autour de l’expo en cliquant ici.

Musée de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris. (Métro Porte Dorée, T3 ou bus 46).


Réouverture du musée Picasso

18 décembre 2013

Après une longue fermeture, le musée Picasso situé au coeur du Marais rouvrira en juin 2014. Le musée a été totalement rénové et comprendra 3800 M2 d’espaces d’exposition, 34 salles, 5000 oeuvres du peintre, 200 000 pièces d’archives personnelles, et sa collection particulière rassemblant 150 œuvres d’autres artistes (Renoir, Matisse, Cézanne, le Douanier Rousseau…).

lien


Inauguration de la Cité internationale de la dentelle et de la mode

11 juin 2009

C’est aujourd’hui que la ville de Calais (Pas-de-Calais), capitale mondiale de la dentelle mécanique depuis près de deux siècles, inaugure sa « Cité internationale de la dentelle et de la mode » avec l’ambition de faire rayonner sa culture, sa création et ses savoir-faire.
Le projet réunit sur près de 7.800 m² un bâtiment contemporain – une prouesse architecturale imaginée par le cabinet d’architectes parisien Moatti-Rivière – et une ancienne usine de dentelle calaisienne. La façade de la cité est un objet sculptural en verre, aux lignes évoquant les courbures sensuelles d’une femme, sérigraphié des motifs de cartons Jacquard, en rupture avec l’usine réhabilitée aux briques jaunes et aux carreaux de fenêtres bleus, oranges et rouges.
« Ce sont des matières oxymores qui s’opposent comme la dentelle avec les « Leavers » (métiers à tisser en fonte qui pouvaient atteindre 25 mètres de long et peser 13 tonnes), qui la produisent », explique Alain Moatti, un des deux architectes.
L’exposition permanente du musée retrace l’aventure industrielle de la dentelle à Calais tout en présentant les techniques, les usages, mais aussi les aspects les plus contemporains de la dentelle dans le but de remettre ce produit au coeur de la création moderne.
Importée d’Angleterre au début du XIXe siècle, la technique de la dentelle mécanique s’est perfectionnée à Calais grâce à l’application du procédé Jacquard aux métiers à tulle. Près d’un siècle plus tard, la cité s’est construite autour de l’industrie de la dentelle et compte près de 40.000 ouvriers, répartis dans 110 usines.
Après avoir triomphé lors des expositions universelles de la Belle Epoque, la dentelle de Calais a dû subir crises et concurrence internationale et ne compte aujourd’hui plus que 1 500 salariés. Rassemblés sous le label « Dentelle de Calais », les dernières entreprises misent sur la lingerie et la haute couture, forts de leur savoir-faire unique sur les métiers à tisser « Leavers ». Déjà en ordre de marche sur le chantier de la Cité, le public pourra voir cinq de ces monstres bruyants, lubrifiés au graphite, qui donnaient à leurs ouvriers des « gueules noires ». Ces métiers équipés d’un système Jacquard réussissent à produire une dentelle imitant la dentelle à la main avec ses points : Alençon, Chantilly, Valenciennes, Cluny …
« C’est une machine de l’enfer qui sort un produit d’une finesse inégalée », explique la conservatrice en chef du patrimoine, Martine Fosse. La visite est complétée par la chaîne de fabrication des dentelles, puis par le département mode de la Cité qui comprend près de 3 220 pièces des plus grands noms de la mode, de 1850 à nos jours.
Outre son côté « musée », la Cité sera également un lieu d’études, de recherche et de formation, avec des ateliers de fabrication, de design et d’initiation à la pratique de techniques dentellières. Elle abrite déjà une tissuthèque avec près de 500 000 échantillons de dessins et 30 000 pièces de dentelles. Ce projet d’un coût de 20 millions d’euros espère séduire 100 000 visiteurs de la Cité en 2010 sur les 30 millions de personnes qui transitent chaque année par Calais, plaque-tournante du trafic transmanche.

Source : AFP


Des expositions à voir

16 mai 2009

Profitez de la Nuit des musées et allez voir des superbes expos : Les costumes de ballet de Rudolf Noureev à Moulins, les icones bulgares à la Saint-Chapelle du château de Vincennes, ou l’installation dentelles faite par l’artiste italienne Maria Dompé à la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais. Cette cité sera d’ailleurs inaugurée le 11 juin !!
Pour plus de renseignements : mon site, rubrique « Expositions et salons »


%d blogueurs aiment cette page :