L’histoire d’une ouvrière en soie


Au début du siècle dernier, dans une ville de l’Isère, Lucie Baud incarne un féminisme naissant. Ouvrière en soie, la jeune femme crée, au sein de son usine, la première cellule syndicale. En 1908, elle rédige pour la revue«Le mouvement socialiste»un texte qui met en avant les luttes auxquelles elle participe. Cette enquête rend hommage à cette femme qui s’est suicidée à l’âge de 36 ans.

Mélancolie ouvrière, de Michelle Perrot, 2012, ed. Grasset.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :