Pour sauver la vie des femmes


La stratégie la plus efficace pour sauver la vie des femmes est une planification familiale volontaire et la mise à disposition de suffisamment de contraceptifs, ont affirmé les participants d’une réunion organisée à New York par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Des ministres de la finance et de la santé et des parlementaires de 12 pays en voie de développement ont participé à cette réunion.

Plus de 215 millions de femmes dans les pays en voie de développement souhaitent pouvoir éviter ou espacer les grossesses mais n’ont pas accès aux méthodes modernes de contraception, a rappelé le FNUAP.

« À partir du 31 octobre, le monde comptera sept milliards d’habitants, dont 1,8 milliard sont des jeunes vivant à  90 % dans des pays en voie de développement. Cela veut dire qu’un milliard de jeunes femmes recherchent activement les informations et les services dont nous parlons, » a expliqué Dr. Babatunde Osotimehin, le directeur exécutif du FNUAP, lors de son discours d’ouverture.

Les 12 pays représentés à la réunion étaient le Burkina Faso, Haïti, l’;Ethiopie, le Laos, le Mali, Madagascar, la Mongolie, le Mozambique, le Nicaragua, le Niger, le Nigéria et le Sierra Leone. Ces pays ont tous fait état d’augmentations considérables dans l’usage de moyens modernes de contraception parmi leurs populations. Au Niger, le taux de contraception est passé de 5 % en 2006 à 21 % en 2010 et à Madagascar, ce taux a atteint 29,2 % en 2009 soit une augmentation de 11 % par rapport à 1994.

Les livraisons de contraceptifs fonctionnent mieux ce qui permet à plus de gens d’y avoir accès. Au Burkina Faso, le nombre de cliniques qui n’ont pas dû faire face à des pénuries est passé de 29 % en 2009 à 81 % en 2010.

L’accès à des moyens de contraception adaptés s’améliore également. Au Nicaragua, le taux de cliniques qui offrent au moins trois moyens de contraception modernes est passé de 66,6 % en 2008 à 99,5 % en 2010. En Ethiopie, ce taux est passé de 60 % en 2008 à 98 % en 2010.

Les initiatives qui ont été lancées au niveau des différents pays vont de formations et de l’informatisation de la chaîne de distribution à des campagnes de sensibilisation et à la création de lignes spécifiques pour la contraception dans les budgets des Etats.

« Le FNUAP va travailler avec les Etats pour fournir de l’éducation, l’accès à l’information, aux services et aux moyens de contraceptions aux femmes et aux filles pour que chacune d’entre elles puisse devenir un agent pour multiplier les bonnes pratiques et donc apporter une valeur ajoutée à la communauté dans laquelle elle vit », a déclaré Dr. Osotimehin.

Sources : site ONU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :